Fabrication Artisanale d'espadrilles depuis 1947

Histoire de famille…

Nous fabriquons des espadrilles près de Mauléon, au Pays Basque, depuis 1947 (sur la photo, là, c’est mon grand-père !) Toutes les espadrilles traditionnelles vendues sur ce site respectent le cahier des charges de la marque "MAULEON", certifiant ainsi un savoir-faire et honorant l’histoire des fabricants d’espadrilles de Mauléon.

C’est après la guerre que mon grand-père, alors ouvrier dans une usine de caoutchouc à Mauléon, eut la volonté et le courage de créer sa propre entreprise.

Sans compter ses heures, il fabrique une vingtaine de semelles d’espadrilles par jour, avant de les amener chez des ouvrières à domicile qui étaient chargées de coudre la toile sur ses semelles. 

35.jpg

33.jpg

… histoire d’espadrilles !

L’espadrille connaissait alors un manque de main d’œuvre, notamment pour effectuer ce travail de couture ; pour pallier ce problème, des ouvrières venues essentiellement d’Aragon sont venues s’installer sur Mauléon, chaque année, de l’automne au printemps. On les appelait les hirondelles, car, comme les oiseaux, celles-ci effectuaient une sorte de migration. Les beaux jours revenus, elles repartaient chez elles pour aider leurs familles dans les champs.

Très vite, mon grand-père s’équipe d’un Chevalet (petit outil en bois sur lequel on s’assoit à califourchon) qui permet, à l’aide d’un crochet, de coudre les semelles beaucoup plus rapidement; on peut ainsi atteindre 150 paires par jour !  

De fil en aiguille, mon grand-père a mis en place une petite structure qui débouche en 1947 sur la création de sa société.

Au fil du temps, la petite entreprise se développe : la semelle n’est plus cousue à la main mais à l’aide d’une machine électrique, la Millet, qui permet de coudre la semelle mécaniquement  dans toute sa largeur : la production est multipliée par 5; nous sommes alors dans les années 1960, et un jeune employé vient de le rejoindre:  mon père !

De père en fils, et en petit-fils !

L’espadrille s’est adaptée au progrès : il a fallu vulcaniser les espadrilles, c’est à dire y coller une semelle en caoutchouc pour rendre la semelle en jute plus imperméable et plus solide.  

Malgré tout ce temps et ces quelques évolutions, l’entreprise de mon grand-père n’a que peu évoluée, sinon pour fabriquer une espadrille toujours plus solide. La mission que le petit-fils (moi !) s’est assignée, c’est d’unir tradition et modernité, de maintenir la qualité et la noblesse de l’espadrille tout en épousant les goûts des utilisateurs actuels. 

-Ze%CC%81toiles_ARO6395.jpg


à partir de 55€ d'achats

EN TOUTE CONFIANCE

À VOTRE ÉCOUTE